Théories du complot et développement de l’esprit critique avec Sophie Mazet

Suite à la réflexion et au plan d’action mené par le Ministère de l’Education Nationale contre le complotisme, après la journée du 9 février intitulée « réagir face aux théories du complot », on a pu entendre des critiques de fond. Pour certains, il n’y aurait pas de problème de complotisme à l’école, et s’il y en avait un, pourquoi, au nom de quoi lutter contre des croyances auxquelles adhèrent certains élèves ? Selon les détracteurs de l’initiative ministérielle, en effet, l’école, si elle institutionnalisait la lutte contre les théories du complot, ferait preuve de dogmatisme, voire d’ « ethnocentrisme ». Pourtant, les théories du complot sont loin d’être de simples histoires que les élèves aiment à se raconter dans la cour de récréation. Le complotisme consiste à interpréter des événements de l’histoire qui ne sont pas nécessairement liés entre eux et à en attribuer la responsabilité à un ou plusieurs groupes(s) dont l’intention serait de nuire pour servir ses/leurs intérêts. Plus d’infos