Pierre-André Taguieff est philosophe, politiste, historien des idées, directeur de recherche au CNRS.

Après sa disparition, en décembre 1997, Léon Poliakov est resté présent non seulement dans la mémoire de ceux qui l’ont connu et aimé, mais encore dans l’esprit des universitaires et des chercheurs auxquels il a ouvert la voie et indiqué de nombreuses pistes. Ses principaux ouvrages, traduits en plusieurs langues, font partie des références internationales dans les études sur « le racisme » et « l’antisémitisme » – termes en « isme » sur lesquels, à l’instar de Poliakov lui-même, il convient de s’interroger. Ses livres sont toujours lus par les étudiants qui y trouvent certes de précieuses informations, mais aussi des occasions de réfléchir sur de grandes questions, dont certaines sont vouées à rester sans réponses. Il en va ainsi de la question du mal, de la question de la violence ou de celle des fins dernières de l’humanité. L’historien n’était pas homme à énoncer le dernier mot dans aucun des domaines qu’il avait abordés.

Lire la suite